/medias/image/677396775b683e61f1c72.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Ecolab. Bonnes pratiques et économies collaboratives: un projet mené par l’équipe René Demogue du Centre de recherche Droits et Perspectives du Droit de l'Université de Lille en lien avec Maif Fondation

Innovation

-

19/02/2019

Ecolab

attribue des labels de bonnes pratiques aux meilleures plateformes.

Des chercheurs de l'Université de Lille  proposent de décerner un label qui distinguera les plateformes vertueuses : celles qui offrent aux utilisateurs la meilleure prise en compte des risques.



En général, entre celui qui met à disposition un bien ou un service et celui qui l’utilise, les plateformes proposent des conditions générales d’utilisation facilitant la mise en relation. Mais ces conditions prennent-elles bien en compte tous les risques ? Et au-delà de ce document qu’au demeurant presque personne ne lit, les plateformes pourraient-elles apporter au client d’autres garanties d’une prestation de qualité ? Sécurisation des paiements, publication d’avis – y compris négatifs -, capacité d’exclure les mauvais utilisateurs, fixation d’un prix de référence sont quelques-uns des services que les utilisateurs seraient en droit d’attendre et qui contribueraient à les tranquilliser.

Epluchage de conditions générales 

Des chercheurs de l’Université de Lille, spécialisés en droit, se sont donc attaqués au sujet avec un double objectif : aider les utilisateurs à choisir les plateformes en connaissance de cause. Mais aussi amener ces plateformes à évoluer vers des pratiques plus vertueuses. 

Ils ont épluché les conditions générales de 150 plateformes de secteurs différents et ont recueilli les témoignages d’utilisateurs et de non-utilisateurs. A l’issue de ces travaux ils ont dressé une nomenclature des risques et recensé les bonnes pratiques mises en place par les plateformes pour y répondre. Il ne restait plus ensuite qu’à formaliser et classer ces bonnes pratiques via une liste de critères et sous-critères. 

Une labellisation encourageante, du bronze à l’or 

En plus des critères énumérés plus haut, citons en vrac la clarté des explications sur le fonctionnement, un accès réservé aux particuliers, le règlement des litiges entre membres, la vérification des profils et des compétences des utilisateurs, la proposition d’un contrat type…

Les chercheurs ont tenu à être encourageants, en valorisant les plateformes vertueuses, c’est-à-dire celles ayant des bonnes pratiques. Il leur faut réunir 7 critères et 7 sous-critères sur 14 pour décrocher l’or. 5 pour l’argent et 2 pour le bronze. Autant dire que ceux qui ne parviennent à obtenir aucune médaille sont franchement hors des clous. 

Une diffusion large pour amorcer le cercle vertueux 

L’équipe René Demogue du Centre de recherche Droits et Perspectives du Droit de Lille table sur une diffusion large des résultats de cette recherche. Le classement des plateformes et la liste des critères seront ainsi prochainement publiés sur un site web dédié. L’objectif est désormais de responsabiliser les plateformes et de permettre aux utilisateurs de s’appuyer sur cette évaluation pour faire leurs choix. L’amorce d’un cercle plus vertueux pour l’économie collaborative. 



Le projet Ecolab


217 vues Visites

J'aime

  • economie collaborative
  • droit
Retours aux actualités

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portrait

portrait d'alumni. Sophie NIKULA

User profile picture

Stéphanie Piquet

21 mars

Innovation

Les docteurs/doctorants au service des PME

User profile picture

Stéphanie Piquet

14 octobre

Innovation

Campagne de crowdfunding de la faculté de pharmacie. Qu'en pensent les partenaires?

User profile picture

Stéphanie Piquet

13 octobre